La magie de la boîte à sardines

Dans : Le bureau inside

Partager l’article
boîte à sardine

Ou comment profiter de la grève pour goûter les joies du télétravail

Ce soir, à la radio, ça se confirme. La grève des cheminots aura bien lieu. Plus de train ni de RER ou presque… Ils annoncent 1 train sur 6 pour lundi. Le genre de ratio qui transforme ta rame en boite à sardines, la truffe dans l’aisselle du voisin. Alors que comptes-tu faire cette fois ?

La rame ou la vie ?

On va pas se mentir, c’est ni la première ni la dernière fois que le cas de figure se présente. Les gueulantes en France, c’est inscrit au patrimoine, comme la bouffe et le Mont-Saint-Michel.

Jusqu’à présent, tu t’es toujours dit “Ca va passer, les autres vont prendre la voiture pour aller s’asphyxier dans les bouchons.” Et puis à chaque fois, c’est la même histoire. Tout le monde pense comme toi et s’offre un “collé-serré” plus francilien que brésilien. Tu sors de là trempé(e), énervé(e), en retard, en insuffisance respiratoire… Et cerise sur le gâteau, cette pensée qui ne te quittera pas de la journée : “A quelle heure vais-je bien pouvoir rentrer ?”

Tous en télétravail

Mais cette fois-ci la rame est pleine, il est grand temps de goûter à cette alternative qui s’appelle le télétravail. Ca y est, le mot est lâché. Un mot pas forcément bien trouvé d’ailleurs, quand on sait que le cerveau — qui apprécie fort les lignes droites — a vite fait de transformer “télétravail” en “travail devant la télé”. Mais il se trompe lourdement le cerveau. Ce n’est pas ça le télétravail, sinon le gouvernement n’aurait pas sorti une nouvelle ordonnance pour légiférer sur cette pratique qui se répand partout en France. Le concept n’est pas compliqué : il s’agit simplement de quitter ses collègues pendant un laps de temps plus ou moins court, pour travailler de chez soi ou dans un lieu différent que son bureau habituel. Une formule idéale pour s’éviter la boite à sardine non ?

Home office ou coworking ?

Encore faut-il le tenter tourner le dos à ses bonnes vieilles habitudes. Mais aujourd’hui, tu le sais, tu le sens, tu vas quitter ta chère zone de confort, ton bureau chéri avec la machine à café et les précieux collègues. D’ailleurs, certains d’entre eux le pratiquent déjà le télétravail. Tu le sais. Lorsque leurs petits attrapent les oreillons à la crèche, à chaque fois, c’est la même musique. Plus de crèche, pas de nounou, retour au bercail et travail à la maison. Et ça fonctionne très bien. T’as déjà fait plein de réunions avec eux sur Skype, Slack et compagnie. Mais toi, ça ne te tente pas plus que ça le home office. T’es pas du genre casanier. Et puis y’a trop de sollicitations : la vieille voisine qui toque à la porte, les oiseaux à la fenêtre, la solitude, les conf’ call en pyjama. C’est moins ton truc. En revanche, tu te laisserais bien tenter par le coworking.

Alors oui, tu vas te lancer. Tu le sais, tu le sens. Bon, tu vas quand même vérifier un dernier coup que ton Versailles-Paris de 8h53 est annulé. Tu rafraîchis 12 fois la page mais non, y passera pas ton train chéri. Pas plus que tous les autres…

Reprendre son souffle …

Tu te décides finalement à cliquer sur un lien comme celui-la. Tu découvriras un espace de coworking, à deux pas de la gare de Versailles où tu déposes d’habitude ton auto. Et là, que va-t-il se passer ? Tu vas te retrouver avec des gens que tu connais pas. Dans l’open space, des inconnu(e)s partout. Des profils nouveaux, issus d’horizons différents… Des gens capables d’enrichir tes vues, tes envies. L’angoisse totale. Des gens qui seront ravis d’apprendre de ton expérience aussi. En terme logistique, y’a pas de quoi se faire mal au crâne : tu peux réserver à la journée, à la demi-journée, à l’heure. Tes petites excuses pour pas te lancer tombent les unes après les autres. Le seul obstacle finalement, c’est ta peur du changement ou pire encore, la flemme. Ce truc gluant qui t’empêche d’avancer. Mais aujourd’hui, c’est fini. Parce que l’huile de la boîte à sardines, elle te colle encore plus que ça au bout des doigts.

Alors à plus…

Dans le bus !

Marie Barbier

Plus qu'une simple DRH, Marie est l'esprit bienveillant de Bureaux A Partager. Elle partage avec vous les méthodes RH testées chez nous et les dernières tendances pour avoir une équipe heureuse.

Copyright © 2023 Ubiq le média. Tous droits réservés

Merci pour votre abonnement ! On se retrouve très vite dans votre boite de réception.

Il y a eu une erreur. Réessayez

Bureaux à Partager Le blog will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.