Le bureau de demain sera-t-il plus petit ?

Dans : Ubiqdata

Partager l’article

La crise du Covid et l’émergence de nouveaux modes de travail ont rebattu les cartes de la venue logique et quotidienne au bureau. En très peu de temps, les espaces de travail  traditionnels se sont vidés, laissant leur place au télétravail, remote et nomadisme numérique

À l’aube d’un déconfinement professionnel, tout laisse penser à une révolution des tailles de bureaux. On s’est rendu compte que le bureau fixe et physique n’était pas essentiel au quotidien et pour toutes les tâches et un retour faire venir 100% des collaborateurs une même journée n’est plus pensable. Des postes de travail devraient rester vides, l’usage du bureau est à repenser et l’espace à réaménager

Alors, allons-nous suivre les convergences actuelles en nous dirigeant vers des bureaux plus petits ? 

L’optimisation des coûts

Une nouvelle organisation du travail

Si la question du télétravail est dans la controverse, son usage révèle des aspects positifs pour les entreprises. En effet, assez logiquement, moins de collaborateurs au bureau équivaut à moins de postes de travail nécessaires et donc l’éventualité d’avoir des bureaux plus petits se présente, avec les avantages économiques et pratiques qu’elle possède.

À titre d’exemples, le taux de vacance du quartier d’affaires de La Défense est passé de 5% à 15% en un an. En vous laissant imaginer le prix du m2, le télétravail aurait pu rapporter gros aux entreprises ayant pris des bureaux moins grands.

Une augmentation du taux de vacance, ça signifie plus de vacances ??

Mais cela est plus compliqué dans les faits.

  • Combien de personnes au bureau par jour ? Chaque entreprise doit établir ses règles en matière de retour en présentiel.
  • Des bureaux vides le vendredi ?  Un réel problème de logistique et de planification existe donc. Est-ce qu’il faut établir une jauge en nombre de jours/ semaine et nombre de personnes dans le bureau ? Pour éviter que d’un jour à l’autre il y ait 5 personnes comme 20 au bureau, une entreprise très bien limiter à 12 ce nombre de personnes quotidien.
  • Qui s’occupe de la logistique ? On peut alors simplement envisager un planning hebdomadaire dans lequel chacun fait figurer ses jours de présence. Afin de faciliter cela, des services de réservation des postes de travail se sont développer, comme Moffi, Condeco et Easy Request, par exemple.

Pour prendre des bureaux plus petits il faut donc d’abord savoir combien de jours de télétravail imposons-nous aux collaborateurs et de combien de postes avons-nous besoin au quotidien.

Now Coworking Marseille
Chloé, notre Directrice Commerciale, sur la belle terrasse de Now Coworking Marseille !

Vous cherchez un espace ? Contactez-nous !


Quelles solutions existent ? 

Dans cette course aux m2, de nombreuses solutions peuvent vous permettre d’économiser de l’argent.

  • Déménager pour des bureaux plus petits. C’est la solution la plus évidente. Pour cela, il faut avoir répondu à la question du nombre de postes nécessaires en vue du télétravail !
  • Le partage de bureau. Si vous voulez éviter le déménagement, vous pouvez bien évidemment avoir recours au partage de bureau. Deux cas prévalent.
    1. Vous avez trop de m2. Alors vous pouvez sous-louer une partie en cherchant des colocataires. Il vous suffit de mettre votre annonce sur notre site et on s’occupe du reste !
    2. Vous n’avez pas besoin de vos bureaux tout le temps. Imaginons que l’ensemble de vos collaborateurs soient en télétravail le lundi et mardi, alors vous pouvez sous-louer votre bureau le reste du temps.

À titre d’exemples, certaines entreprises comme Germinal ou Slite sont même passées au zéro bureaux, s’acquittant à 100% du loyer.

À l’avenir, on pourrait totalement imaginer une hégémonie du bureau partagé, avec le 1er étage habité par une entreprise, le 2ème par une autre et un espace commun au rez-de-chaussée. Tous les modèles sont voués à s’adapter pour desservir un même discours : le bureau n’est pas mort.

Une chose est sûre, la place attitrée est en voie de disparition, et le flex-office en phase de devenir la règle.

Le rapport à la déspatialisation

Aujourd’hui, le télétravail est devenu un acquis social. Après l’avoir mis en place, il semble impossible de revenir en arrière. Mais, dans cette même mouvance d’optimisation des coûts grâce à une diminution du rapport au bureau physique, la déspatialisation place aussi ses pions. C’est-à-dire que la Covid n’est pas la seule variable. La crise a impulsé de nombreux changements mais ce qui restera du avant/ pendant/ après n’est autre qu’une révolution de l’usage des lieux.

Hier, les tiers-lieux, espaces de coworking et bureaux partagés ont bouleversé l’espace de travail. Aujourd’hui, les systèmes hybrides et flexibles sont en expérimentation. Et demain, l’entreprise ne sera plus un lieu unique mais un écosystème de lieux réels et virtuels.

L’entreprise est désormais hybride, à la fois despatialisée et physiquement incarnée.

Le travailleur de demain pourra travailler depuis une multitude d’espace de travail, ne se réduisant pas à l’ambivalence siège social/ maison. Tout un écosystème rendu possible par ses collaborateurs, qui de partout, sont capables de contribuer à l’entreprise. Les actifs seront des SBF, des sans bureaux fixes.

Élément qui peut venir renforcer la convergence générale vers des bureaux et espaces plus petits. On peut imaginer un système parfaitement hybride et une planification parfaite créant un roulement entre tous ces lieux et les collaborateurs. Avec chaque jour 5 personnes au bureau, 5 en home-office, 5 en télétravail, et 5 en coworking. Ainsi, au lieu d’un bureau d’une vingtaine de postes, il suffirait d’un hub d’accueil avec quelques beaux bureaux.

Mais est-ce vraiment ça le bureau de demain ?

Réinventer l’expérience collaborateur

Les bureaux de demain seront plus grands

Le retour au bureau est souvent associé au retour du lien social, de la collaboration, de l’innovation en équipe. Finalement cela pose des questions sur la véritable taille de nos bureaux demain. Si l’usage principal du bureau est d’y travailler quelques jours par semaine mais en s’y retrouvant tous sur les mêmes journées dans des espaces collaboratifs, il est probable que, finalement, et à l’inverse des récentes prédictions, les entreprises aient des besoins de locaux plus grands en termes de surfaces dans les années à venir.

équipe bureaux à partager
Nico et Mehdi, le duo de choc

Vers un modèle hybride où la collaboration sera au centre

Télétravail, bureaux plus petits, zéro bureaux ou bureaux partagés, tous questionnent sur leur viabilité et le maintien d’une culture d’entreprise. Toutes ces initiatives recèlent de questions à leurs sujet. Notamment sur l’existence de besoins physiques des collaborateurs. Si le télétravail a plutôt été perçue comme une pause bénéfique du recours au bureau aux prémisses de la crise, d’autres tendances semblent marquer le déconfinement.

Aujourd’hui, un manque du bureau physiquement incarné, des collègues, des pauses cafés et déjeuners, des salles de réunions, des brainstorming ou des rendez-vous se fait ressentir. Comme un réel besoin de vivre le lieu.

Des lieux où vivre et faire vivre son entreprise

Les entreprises vivent et s’entretiennent en étant vécue et réalisée. Maintenir une réelle culture d’entreprise est le principal problème relevé par les structures ayant eu un fort recours au télétravail. Aujourd’hui et demain, on peut donc songer à un bureau comme lieu de la collaboration.

bureaux a partager work and share
Une partie de l’équipe expérimentant l’espace de Work&Share à Clichy !

Le bureau sera davantage un lieu de rencontres, un lieu où entretenir le lien social, où mixer les usages et favoriser les hasards. Le travailleur de demain sera habité par la sérendipité, dans l’unique but de créer et recréer une culture d’entreprise.

Il se pourrait donc que le bureau de demain ne soit pas plus petit mais plus grand. Les collaborateurs, qui forment un tout en collaborant, seront au centre de l’espace. Ils ne seront plus pris un par un. L’aménagement de bureau devrait continuer à évoluer dans le même sens. Le bureau de demain mêlera open-space, un espace commun au centre, des phone-box tout autour, en guise de bureaux privés momentanés et de grands espaces de collaboration pour remplacer les salles de réunions. Tout étant fait de manière décloisonnée et transparente.

Dans ce modèle hybride qui s’apprête à s’imposer, le bureau sera un espace privilégié et privilégiant l’esprit d’équipe, mais avec un accent sur l’intimité de chacun et le confort. Moins de collaborateurs en même temps donc, pour favoriser l’échange et prioriser les moments physiques.

Pour conclure

En somme, l’assertion le bureau de demain sera plus petit n’est pas si évidente qu’il n’y paraît. Il est nécessaire de prendre du recul sur la période et les tendances qu’il en découle. 

Nous sommes convaincus que le bureau de demain sera plus que jamais un lieu de partage avec des espaces plus grands, voire au grand air. En effet, une tendance a vu le jour pendant cette période de transition : le bureau à la campagne.  

De nombreuses questions alimentent donc les discussions. Sommes-nous en train de vivre le déclin des sièges sociaux ? Le vert sera-t-il le grand gagnant de cette redéfinition du lieu

Une chose est sûre, le bureau de demain se construit ensemble !

Pour aller plus loin que le bureau de demain : le bureau du futur.

Victor David

Victor, curieux et épicurien, a à coeur de vous partager sa vision des bureaux de demain !

Copyright © 2021 Ubiq le média. Tous droits réservés

Merci pour votre abonnement ! On se retrouve très vite dans votre boite de réception.

Il y a eu une erreur. Réessayez

Bureaux à Partager Le blog will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.